Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Épisode Raté ?

22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 00:00

Aujourd'hui j'ai laissé vagabonder mon esprit - si si ! cela m'arrive ! - en repensant à tous les blogs que je visite ...

Certains suscitent en moi de l'admiration et de l'émotion , tel celui de Macha , d'autres de la douleur comme celui de Valérie, d'autres encore engendre mon hilarité tel celui de Coyotte Des neiges ...

Nos vies sont si différentes les unes des autres mais au final, si passionnantes !

Hier, le blog d'une copine brodeuse , m'a entrainé dans des réflexions douces amères ....

Elle narrait, sur un mode humoristique, ses démélés avec une "araignée" du net !

Rien de drôle ... mais je me suis surprise à réfléchir là dessus.

Sommes nous si certaines de ne jamais être "l'araignée" de quelqu'un ?

N'avons nous jamais étés une "proie" ?

N'avons nous jamais essayé de "phagocyter" l'un ou l'autre pour nous mêmes ?

N'avons nous jamais blessé personne par un "humour" ravageur ?

Avons nous toujours été dupe ?

Si nous avons été "proie" : ne l'avons nous pas inconsciemment cherché ?

Quel bénéfice en avons nous tiré ?

N'avons nous jamais dévalorisé quelqu'un ou quelqu'une ?

Avons nous été toujours d'une probité inattaquable ????

Bref, avons nous toujours été des anges ?

Curieuses réflexions , me direz vous ...... la Momole était d'humeur chagrine .....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cathelvis 26/10/2005 13:14

Je pense comme toi Momole que personne n'est tout à fait blanc, ni tout à fait noir. Mais il existe une infinité de nuances de gris, allant jusqu'au gris très, très, très foncé. Puisque tu fais référence à mon message, oui j'ai été complaisante dans un premier temps, flattée que j'étais de me voir accorder tant d'importance à un moment de grands doutes ; oui j'ai cessé d'être dupe un jour mais n'ai pas eu immédiatement le courage de rompre ce lien. Je peux te dire qu'à ce petit jeu, la proie en ressort beaucoup plus blessée que tu ne peux l'imaginer. Aprés examen détaillé de la situation, le bénéfice se calcule en termes négatifs.
Je reste une ennemie fervente des araignées.

kleantis 24/10/2005 16:31

contente de te lire Momole car comme Valérie le poste de l'araignée m'a interpeller. J’en étais arrivée a cette conclusion : le net étant une grande toile, quoi d’étonnant a y rencontrée des
Agélènes à labyrinthe ou carrément des Mygale ?

Valérie de Paris 24/10/2005 12:20

Ah Momole !

Que je suis heureuse et soulagée de lire cet article !!!

Vraiment, vraiment soulagée.

:-))

En lisant le "conte" de l'araignée vendredi après-midi, alors même que je ne savais pas (encore) de qui il était question (je pensais, qui plus est, à quelqu'un d'autre !), j'étais déjà très très mal à l'aise. Perturbée. Et secouée. Par la très grande violence du propos. Son caractère définitif. Sans appel. Sans droit de réponse. Un propos infiniment blessé, c'est l'évidence même, mais aussi infiniment blessant.

Secouée d'autant plus que les propos émanaient d'une brodeuse que j'apprécie.

Et qu'ils visaient, je l'ai appris plus tard, une brodeuse que j'apprécie aussi.

Mais, comme tous les commentaires allaient dans le même sens, je me suis dit que je me faisais encore des nœuds au cerveau pour rien. Que l'article me faisait violence en raison de la violence qu'il recelait, que c'était encore les histoires de l'enfance qui remontaient à la surface, qu'il fallait que j'arrête de revivre à répétition les situations, etc.

Presque, je me faisais des reproches !

Malgré tout, mon malaise a duré tout le week-end.

Tout en moi décidément refusait cette violence (je ne connais rien du conflit d'origine, je précise). Peut-être que la souffrance générée par le conflit appelait cet exutoire. Je ne sais pas. Je ne sais pas. Enfin, si, je sais. Il est difficile de ne pas répondre à la violence par la violence. Si difficile. Mais, eh, cette violence en prime, par ricochet, pour se soulager, jamais ne soulage. Si, au moins, oui au moins, pouvions-nous veiller à ne pas nuire à autrui. Je ne dis pas aimer. Je ne dis pas accompagner. Je ne dis pas pardonner. Au moins ne pas nuire à autrui.

Puis, tout en moi aussi refusait ce lynchage. Ce manque de distance chez les commentateurs. Une violence en écho du coup.

Et personne pour remettre en perspective, à distance. Pour faire valoir qu'un ressenti est nécessairement subjectif.

Personne, même pas moi.

Cela m'a vraiment travaillé tout le week-end.

Et je me suis dit que, bon, ben, je ne changerai jamais, que ma révolte contre tout ce qui ne respecte pas l'autre (même s'il ne vous respecte pas) était peut-être ce que j'avais de plus précieux, et que, décidément, je ne m'étais pas trompée de métier. ;-)

Je voulais en parler aujourd'hui.

Et, là, je tombe sur ton article.

Vrai, Momole, je suis heureuse de te lire aujourd'hui.

Voilà c'est tout dans le désordre mais c'est comme cela que cela me vient !

La baronne 23/10/2005 20:46

Très intéressante réflexion...rester l'oeil qui observe toutes ces agitations au microscope, comme c'est reposant! :-)
"L'Internet serait une toile comme les autres si elle n'avait ses millions d'araignées..."

domiprovence 23/10/2005 19:56

le net, c'est la vraie vie !! il y a les gentils et y a les méchants, et on est tous tantôt l'un, tantôt l'autre !!

Quoi De Neuf ?

Archives